SOCIAL-SANTE-CCAS

Dernière modification apportée le mercredi 10 octobre 2018 à 11:32:32.




NUMEROS UTILES

EN SAVOIR PLUS [422 KB]




IMPÔTS ANNEE BLANCHE FUSION AGIRC ARRCO

Le prélèvement à la source consiste à déduire l'impôt sur le revenu chaque mois du salaire ou de la pension de retraite. Une déclaration de revenus reste nécessaire chaque année au printemps.

2018, une année blanche ?
Le prélèvement à la source débute le 1er janvier 2019 : en 2018, les contribuables acquittent leur impôt sur les revenus de 2017, et en 2019 sur ceux de 2019. Ainsi, ils ne seront pas imposés au titre des revenus 2018 : l'impôt est effacé par un crédit d’impôt de modernisation du recouvrement (CIMR) de l’impôt sur le revenu.
Une actualité du 1er août 2018 de la base Bofip-Impôts précise les revenus non exceptionnels ouvrant droit au bénéfice du CIMR.
Cependant, les revenus exceptionnels perçus en 2018 (plus-values...) seront imposés selon les modalités habituelles en 2019.
De même, les réductions et crédits d’impôt acquis au titre de l'année 2018 seront intégralement restitués au contribuable en 2019.
Le portail economie.gouv.fr précise les modalités de maintien des réductions fiscales pour les dons aux associations versés en 2018.

Extrait site economie.gouv.fr
Commission des affaires Sociales



Fusion AGIRC-ARRCO
Le 1er janvier 2019, les deux régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco fusionnent en un seul : le régime Agirc-Arrco.

Plus simple et plus lisible, le nouveau régime Agirc-Arrco garantit les droits des actifs et des retraités

Des principes fondamentaux maintenus
Le nouveau régime Agirc-Arrco reprendra les principes de fonctionnement qui régissent la retraite complémentaire des salariés :
Un régime piloté par les partenaires sociaux,
Un système de retraite par points
Un régime par répartition qui s'appuie sur la solidarité entre générations et entre secteurs d'activité
Le 1er janvier 2019, le système de retraite complémentaire des salariés du secteur privé se simplifie avec la fusion de l'Agirc (Retraite complémentaire des cadres) et de l'Arrco (Retraite complémentaire des salariés) en un seul régime, l’Agirc-Arrco. Le nouveau régime Agirc-Arrco assurera l’avenir de la retraite complémentaire. Il renforcera le système et simplifiera sa gestion. Il garantira également la reprise des droits et obligations des régimes que vous connaissez actuellement. Que vous soyez entreprise, salarié ou encore retraité, Humanis vous accompagne et vous informe sur cette fusion.

Publié le 11 Avr. 2018 - Mis à jour le 11 Avr. 2018
Écrit par Humanis
EXTRAIT site HUMANIS
Commission des Affaires Sociales




CENTRE COMMUNAL ACTION SOCIALE




BIEN CHEZ MOI [176 KB]




CCAS 4 trimestre

PLUS [2 519 KB]




UN LOGEMENT ADAPTE

Chers retraités de l’ARCAB,
Le Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique berruyer du Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Bourges en partenariat avec l’association SOLIHA et l’ALEC 18 (Agence locale de l’énergie et du climat du Cher), a le plaisir de proposer GRATUITEMENT aux retraités de participer à 3 ateliers :

Atelier 1 :« GESTES ET POSTURES POUR FACILITER LE QUOTIDIEN »
animé par Julien MANIGAULT, ergothérapeute au CLIC de Bourges
Jeudi 13 septembre 2018 à 14h00

Atelier 2 : « ÉCO-GESTES POUR UN HABITAT SAIN ET ÉCONOME »
animé par Aziza KHOUDA, conseillère info-énergie à l’Agence
Locale de l’Energie et du Climat du Cher
Jeudi 27 septembre 2018 à 14h00

Atelier 3 : « L’AMÉNAGEMENT DU LOGEMENT ET LES FINANCEMENTS EXISTANTS
» animé par Anne SEMARD, directrice adjointe SOLIHA
Centre-Val de Loire - Jeudi 11 octobre 2018 à 14h00

Ces ateliers se tiendront au CCAS de Bourges -7 avenue du 11 Novembre à BOURGES.

Les personnes souhaitant participer au cycle de ces 3 ateliers, doivent s’ inscrire au préalable en contactant le CLIC au 02.48.23.25.33. Attention places limitées.

Espérant pouvoir compter sur votre présence,

Bien amicalement,


Maryline PATRIGEON
Coordinatrice du CLIC Berruyer
CCAS de Bourges
02.48.23.25.33




INFOS RETRAITES

FINANCER UN SEJOUR EN ETABLISSEMENT

Quels sont les tarifs ? Les tarifs des maisons de retraite varient selon les établissements et les régions et peuvent osciller de 1400 euros mensuels en province à plus de 3000 euros en Ile-de-France.
Ce tarif se décompose en trois parties, certaines pouvant être subventionnées et d’autres restants à la charge du résident.
Le mode de tarification
• Le tarif « soins » : relatif aux prestations médicales, il est payé par l’assurance maladie qui fixe un niveau de dotations par établissement.
• Le tarif « dépendance » : il concerne l’accompagnement des personnes dépendantes. Il est largement pris en charge par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) attribuée par les conseils généraux en fonction du degré de dépendance du résident et de ses ressources.
• Le tarif « hébergement » : ce tarif, qui reste à la charge du résident, prend en compte le logement, l’entretien, la restauration et les animations.

Les aides disponibles
• L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) : destinée aux personnes âgées dépendantes, elle est versée par le département soit directement au demandeur, soit à la maison de retraite qui l’héberge.
• L’ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées) : cette aide est allouée aux personnes âgées justifiant de très faibles revenus.
• Les Allocations logements (APL, ALS) : elles peuvent être versées à une personne âgée hébergée dans une maison de retraite agréée (APL) ou non (ALS), lorsque ses ressources sont insuffisantes.
• L’obligation alimentaire : réclamée auprès des proches parents, dans la mesure de leurs moyens, elle est destinée à compléter la participation de la personne âgée au paiement de ses frais d’hébergement.
• L’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement) : versée par le conseil du département, cette aide permet de régler le reste à la charge des frais d’hébergement lorsque le résident ne dispose pas de revenus suffisants pour le faire.

Pour tout savoir sur les aides disponibles, consultez la fiche mémo #1 ou le guide « L’APA et autres aides sociales » sur : www.retraiteplus.fr
Retraite Plus, Orientation Gratuite en maison de retraite Tel : 0 805 69 66 31

Extrait « RETRAITE PLUS » mémo #2

LA FIN DE LA TAXE D’HABITATION
Cette mesure concernera les contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 27000 € pour un célibataire (43000 € pour un couple sans enfants). Selon une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE, « évaluation de la réforme de la taxe d’habitation d’Emmanuel MACRON », 26 juin 2017) cette exonération profiterait essentiellement aux classes moyennes (les personnes de condition modeste bénéficient déjà de mesures de dégrèvement total ou de plafonnement en fonction de leurs revenus). Sur les 16,6 millions de ménages qui devraient bénéficier de la réforme, 69% d’entre eux ont un niveau de revenu compris entre 14820 € et 23840 € par an. Ils peuvent espérer un gain de pouvoir d’achat de 0,7%.
La mise en œuvre de cette exonération sera étalée sur 3 ans, à raison d’un tiers chaque année. Si vous êtes sous les seuils annoncés par le gouvernement et redevable, par exemple de 900 € de taxe d’habitation, vous ne paierez que 600 € en 2018, 300 € en 2019, et plus rien par la suite.
Origine Le Particulier* N° 1137 FCS*Octobre 2017
Commission Sociale
JPP

CSG
Les retraités subiront de plein fouet la hausse de la SCG dès lors que leur revenu fiscal de référence atteint 14375 euros par an (18213 € pour les personnes seules qui ont une demi-part supplémentaire et 22051 € pour ceux vivant en couple).
Origine Le Particulier* N° 1137 FCS*Octobre 2017
Commission Sociale
JPP