SOCIAL-SANTE-CCAS

Dernière modification apportée le mardi 5 juin 2018 à 17:22:04.




NUMEROS UTILES

EN SAVOIR PLUS [422 KB]




CENTRE COMMUNAL ACTION SOCIALE




« Qu’est-ce qu’on attend pour être vieux ! »

PROGRAMME [1 388 KB]




LE CLIC COMMUNIQUE

Chers retraités de l’ARCAB,

Le Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique berruyer du Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Bourges en partenariat avec l’ASEPT Berry-Touraine et le groupe Inter-régimes région Centre-Val de Loire, a le plaisir de vous inviter à une pièce de théâtre gratuite, burlesque et musicale autour du « Bien Vieillir » de la Compagnie Vol de nuit :

« Qu’est-ce qu’on attend pour être vieux ! »
Le mardi 19 juin 2018 de 13h30 à 17h00
Salle des fêtes de La chancellerie – rue Louise Michel – 18000 BOURGES

Au programme :
13h30 : Accueil et stands
14h30 : Mots d’Introduction
14h45 : Pièce de théâtre
16h00 : Intervention d’un professionnel
16h30 à 17h00 : Stands

À la suite de la représentation, un professionnel abordera les thèmes et les questions à se poser sur la santé, l’alimentation, la mémoire, les activités physiques, l’aménagement de son logement…..Des professionnels seront présents sur des stands pour vous renseigner sur les actions de prévention santé.

La représentation sera suivie d’une collation qui clôturera cet après-midi d’échanges.

Afin d’organiser au mieux cette rencontre, nous vous remercions de bien vouloir confirmer vous inscire en contactant le CLIC au 02.48.23.25.33. L’accès au spectacle ne sera plus possible après 14h45.

Espérant pouvoir compter sur votre présence,

Bien amicalement,


Maryline PATRIGEON
Coordinatrice du CLIC Berruyer
CCAS de Bourges
02.48.23.25.33




PROGRAMME SENIORS 2E TRIMESTRE 2018 [1 343 KB]




INFOS RETRAITES

FINANCER UN SEJOUR EN ETABLISSEMENT

Quels sont les tarifs ? Les tarifs des maisons de retraite varient selon les établissements et les régions et peuvent osciller de 1400 euros mensuels en province à plus de 3000 euros en Ile-de-France.
Ce tarif se décompose en trois parties, certaines pouvant être subventionnées et d’autres restants à la charge du résident.
Le mode de tarification
• Le tarif « soins » : relatif aux prestations médicales, il est payé par l’assurance maladie qui fixe un niveau de dotations par établissement.
• Le tarif « dépendance » : il concerne l’accompagnement des personnes dépendantes. Il est largement pris en charge par l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) attribuée par les conseils généraux en fonction du degré de dépendance du résident et de ses ressources.
• Le tarif « hébergement » : ce tarif, qui reste à la charge du résident, prend en compte le logement, l’entretien, la restauration et les animations.

Les aides disponibles
• L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) : destinée aux personnes âgées dépendantes, elle est versée par le département soit directement au demandeur, soit à la maison de retraite qui l’héberge.
• L’ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées) : cette aide est allouée aux personnes âgées justifiant de très faibles revenus.
• Les Allocations logements (APL, ALS) : elles peuvent être versées à une personne âgée hébergée dans une maison de retraite agréée (APL) ou non (ALS), lorsque ses ressources sont insuffisantes.
• L’obligation alimentaire : réclamée auprès des proches parents, dans la mesure de leurs moyens, elle est destinée à compléter la participation de la personne âgée au paiement de ses frais d’hébergement.
• L’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement) : versée par le conseil du département, cette aide permet de régler le reste à la charge des frais d’hébergement lorsque le résident ne dispose pas de revenus suffisants pour le faire.

Pour tout savoir sur les aides disponibles, consultez la fiche mémo #1 ou le guide « L’APA et autres aides sociales » sur : www.retraiteplus.fr
Retraite Plus, Orientation Gratuite en maison de retraite Tel : 0 805 69 66 31

Extrait « RETRAITE PLUS » mémo #2

LA FIN DE LA TAXE D’HABITATION
Cette mesure concernera les contribuables dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 27000 € pour un célibataire (43000 € pour un couple sans enfants). Selon une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE, « évaluation de la réforme de la taxe d’habitation d’Emmanuel MACRON », 26 juin 2017) cette exonération profiterait essentiellement aux classes moyennes (les personnes de condition modeste bénéficient déjà de mesures de dégrèvement total ou de plafonnement en fonction de leurs revenus). Sur les 16,6 millions de ménages qui devraient bénéficier de la réforme, 69% d’entre eux ont un niveau de revenu compris entre 14820 € et 23840 € par an. Ils peuvent espérer un gain de pouvoir d’achat de 0,7%.
La mise en œuvre de cette exonération sera étalée sur 3 ans, à raison d’un tiers chaque année. Si vous êtes sous les seuils annoncés par le gouvernement et redevable, par exemple de 900 € de taxe d’habitation, vous ne paierez que 600 € en 2018, 300 € en 2019, et plus rien par la suite.
Origine Le Particulier* N° 1137 FCS*Octobre 2017
Commission Sociale
JPP

CSG
Les retraités subiront de plein fouet la hausse de la SCG dès lors que leur revenu fiscal de référence atteint 14375 euros par an (18213 € pour les personnes seules qui ont une demi-part supplémentaire et 22051 € pour ceux vivant en couple).
Origine Le Particulier* N° 1137 FCS*Octobre 2017
Commission Sociale
JPP